Association burkinabè de Fundraising

" Le plus important, je crois, c’est d’avoir amené le peuple à avoir confiance en lui-même comprendre que finalement il peut s’asseoir et écrire son développement, écrire son bonheur et dire ce qu’il désire. Et en même temps, sentir quel est le prix à payer pour le bonheur "

Thomas Sankara

Populations déplacées internes du Burkina Faso

Mettre en œuvre des activités qui renforcent la résilience des populations déplacées à l’intérieur du pays et des communautés locales vulnérables dans quatre villes du Burkina Faso

 

Période de soumission
 – 
La description
Le but de l’appel à manifestation d’intérêt est de solliciter l’intérêt des partenaires d’exécution existants ou potentiels qui souhaitent participer aux opérations d’ONU-Habitat et apporter des ressources complémentaires (ressources humaines, connaissances, fonds, contributions en nature, fournitures et/ou équipements ) à la réalisation des objectifs communs décrits ci-dessous et ultérieurement convenus dans un accord de coopération

<Appel à propositions pour les organisations de la société civile ou les ONG locales pour la mise en œuvre d’activités qui renforcent la résilience des populations déplacées à l’intérieur du pays et des communautés locales vulnérables dans quatre villes du Burkina Faso>

 

Informations clés sur le projet

  • Titre du projet ONU-Habitat  : Accroître la résilience des acteurs locaux dans les contextes de déplacement interne massif et de COVID-19 ; (titre original : « Renforcement de la résilience des collectivités territoriales face aux déplacements massifs de populations et à la pandémie du Covid-19 »)
  • Emplacements
    • Commune/Ville : Kaya, Kongoussi, Tougouri (région Centre Nord) ; Dori (région du Sahel) ;
    • Pays : Burkina Faso
  • Date de début prévue : novembre 2021
  • Durée estimée du projet en mois calendaires : 5 mois
  • Valeur maximale proposée en US$ :
  • Unité d’organisation principale : Bureau régional pour l’Afrique, bureau de pays du Burkina Faso,

 

Bref historique du projet

(Déclarez le but, le but principal et les objectifs spécifiques du projet)

Afin de faire avancer des solutions intégrées pour les déplacements internes urbains au Burkina Faso, le Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat), avec le soutien de l’Instrument de l’Union européenne contribuant au maintien de la paix (IcSP), met en œuvre un projet visant à « Renforcer le résilience des collectivités locales face aux déplacements massifs de population et à la pandémie de Covid-19 » dans les régions Centre-Nord (Kaya, Kongoussi et Tougouri et le Sahel (Dori).

En coordination avec le Ministère de l’Urbanisme, de l’Habitat et des Villes (MUHV), à travers la mise en œuvre du projet, il s’agira de :

– (i) accroître les capacités institutionnelles et opérationnelles des communes impactées par l’afflux de populations afin de mieux répondre aux défis générés par ces arrivées massives et inattendues de populations ;

– (ii) accroître l’accès aux services sociaux de base (école, santé, eau potable et assainissement) et à un logement convenable au profit des communautés vulnérables (PDI et populations locales) face à la forte pression induite par la croissance démographique sans précédent ;

– (iii) contribuer au renforcement de la résilience socio-économique et sanitaire des communautés vulnérables déplacées internes et autochtones, en particulier les femmes et les filles à travers des activités génératrices de revenus ;

– (iv) renforcer la cohésion sociale, le vivre ensemble apaisé, l’atténuation de la stigmatisation des communautés vulnérables et in fine la consolidation de la paix, et enfin

– (v) réduire l’impact environnemental de la crise humanitaire.

Centré sur des approches de planification participative mettant les populations bénéficiaires et les services administratifs locaux et régionaux au cœur de sa stratégie de mise en œuvre, la mise en œuvre du projet dans les villes de Kaya, Kongoussi, Tougouri et Dori s’appuie sur la mise en place de Cellules Municipales de Résilience Urbaine ( CMRU) pour chaque ville avec l’appui de certaines structures associatives locales (OSC ou ONG locales).

La mise en œuvre de certaines activités liées au renforcement de la résilience socio-économique et sanitaire des populations vulnérables (PDI ainsi que les populations locales) et la réduction de l’impact environnemental de la crise sécuritaire et humanitaire sera assurée par des structures associatives dans les régions du Centre Nord et/ou du Sahel avec une expérience avérée dans la conduite d’activités dans le cadre d’une urgence humanitaire.

L’appel à candidature est publié pour trouver une structure associative locale (Organisation de la société civile ou ONG locale) pour soutenir la réalisation des objectifs, des résultats attendus et de la mission. Le partenaire de mise en œuvre sera invité à proposer une méthodologie et des activités pour renforcer la résilience socio-économique et sanitaire des populations déplacées à l’intérieur du pays et des communautés locales vulnérables et pour réduire l’impact environnemental de la crise sécuritaire et humanitaire en coordination avec les unités municipales de résilience urbaine. (CMRU) dans les communes de Kaya, Dori, Kongoussi et Tougouri.

 

Principales activités et réalisations :

Le partenaire de mise en œuvre entreprendra les principales activités suivantes (mais sans s’y limiter) :

  • Proposer une méthodologie et des activités pour atteindre les objectifs suivants :

– Accroître les capacités entrepreneuriales des femmes et filles vulnérables issues des populations déplacées à l’intérieur du pays et des communautés autochtones afin qu’elles puissent développer et mettre en œuvre des activités génératrices de revenus ;

– Accompagner les femmes et les filles dans la mise en place d’activités génératrices de revenus à Kongoussi, Kaya, Dori et Tougouri ;

– Contribuer à l’atténuation des risques liés à la violence sexiste pour les communautés de déplacés internes et les communautés locales ;

– Contribuer à la sensibilisation aux risques sanitaires dans les conditions de vie précaires tant sur les sites d’hébergement temporaire que dans les zones d’installations spontanées en général et sur la propagation de la pandémie de COVID-19 en particulier ;

– Renforcer les connaissances et les compétences des communautés locales et des quartiers bénéficiaires des projets sur l’atténuation des impacts environnementaux.

 

Les principaux résultats attendus de l’entité sélectionnée sont les suivants :

– Les femmes et les filles des communautés locales et des populations déplacées internes sont formées à certaines activités génératrices de revenus prioritaires et au développement d’entreprises afin d’accroître leur autonomie socio-économique à Kaya, Dori, Kongoussi et Tougouri ;

– Des initiatives de micro-cluster d’entreprises locales sont lancées pour promouvoir la coopération entre les communautés locales et les populations déplacées à l’intérieur du pays ;

– Des campagnes de sensibilisation pour accroître l’attention des communautés locales sur l’hygiène, l’assainissement public, les questions environnementales et notamment autour de la pandémie du virus Corona (COVID-19) sont mises en œuvre dans les quatre villes ;

– Des activités de renforcement des capacités pour la promotion de la protection de l’environnement et sur la façon d’utiliser les initiatives d’économie verte, sont menées au profit des communautés locales et spécifiquement pour les populations locales et les personnes déplacées vivant dans les quartiers nouvellement développés construits dans le cadre du projet dans chaque ville.

 

Responsabilités de l’entité sélectionnée :

L’organisation de la société civile (OSC) ou l’organisation non gouvernementale (ONG) qui sera sélectionnée pour la prestation de services travaillera en étroite coopération avec les cellules municipales de résilience urbaine (CMRU) pour faire avancer la mise en œuvre des activités ci-dessus, notamment :

– Proposer un nombre adéquat de personnes à former aligné sur la méthodologie de formation ;

– Définir, avec les CMRU, les critères de sélection des bénéficiaires bénéficiant d’actions de renforcement des capacités en matière d’activités génératrices de revenus et autres (le cas échéant) ;

 

A, Renforcement de la résilience socio-économique :

– Identifier des activités génératrices de revenus appropriées pour les femmes en situation de vulnérabilité (à la fois les populations locales et les personnes déplacées), adaptées au contexte local (y compris les situations de crise sécuritaire et humanitaire ainsi que les compétences existantes), (y compris celles sous B) ;

– Organiser des consultations avec chaque CMRU pour la validation des listes d’activités proposées pour les activités génératrices de revenus ;

– Développer des modules de formation autour des activités génératrices de revenus prometteuses identifiées ;

– Faciliter les micro-clusters d’entreprises axées sur la création d’une alliance productive entre les femmes locales et les femmes déplacées.

 

B, Protection de l’environnement, emplois verts et économie verte circulaire ( y compris valorisation des déchets et verdissement des espaces urbains)

– Organiser des sessions de formation sur la chaîne de gestion (collecte, tri et recyclage) des déchets ménagers pour les habitants des quartiers du projet et introduire des opportunités de développement d’entreprises autour de la gestion des déchets et de la protection de l’environnement) ;

– Sur la base des formations, équiper les groupements communautaires (Coopératives Locales d’Habitat et de Récupération des Déchets) en équipements pour la collecte, le tri et le recyclage des déchets ;

– Concevoir et organiser des activités de sensibilisation (par exemple dans les écoles, qui ont bénéficié des investissements du projet et pour les femmes bénéficiaires de la ) sur l’importance de la protection de l’environnement ;

– Acquérir et installer des poubelles dans les espaces publics dans les zones bénéficiant de la mise en œuvre du projet ;

– Organiser des activités de plantation et d’entretien d’espaces verts dans les espaces publics dans les quartiers du projet ou à proximité, sur proposition et en coordination avec la CMRU.

 

C, Réduire et prévenir la violence basée sur le genre

– Organiser des forums et/ou des activités de sensibilisation communautaire sur la VBG dans les quartiers informels à forte concentration de personnes déplacées et au sein des SAT (par exemple, des séances de théâtre ou similaires) ;

– Développer une stratégie de communication autour de la VBG, y compris concevoir et diffuser des messages clés à diffuser dans les médias locaux sur les risques de VBG (y compris dans les langues locales) ou des supports d’information autour de la VBG ;

– Organiser des sessions de formation pour les acteurs au niveau régional et provincial (Kaya, Kongoussi et Dori) sur la manière de réduire les VBG dans leurs domaines de responsabilités.

 

D, Hygiène et santé publique

– Organiser des campagnes de sensibilisation des PDI et des communautés autochtones sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène et d’assainissement adaptées à leur cadre de vie actuel (avec un accès limité à l’eau et à l’assainissement) ;

– Concevoir et diffuser des messages pertinents sur les bonnes pratiques en matière d’hygiène et de santé publique environnementale ;

– Organiser des activités sur les actions de santé publique dans les écoles, les centres de santé, les espaces verts, les jardins publics, etc., y compris sur l’impact de la dégradation de l’environnement sur la santé ;

– Organiser, en lien avec les services de santé régionaux et/ou provinciaux, des campagnes de sensibilisation pour prévenir la propagation du Covid-19 ;

– Fournir aux communautés du matériel pour réduire la propagation et prévenir le Covid-19.

 

Analyse de risque

(Indiquer les risques associés à ce projet et les facteurs d’atténuation)

– Les risques les plus élevés pour l’ensemble du projet, y compris la mise en œuvre des activités proposées, sont causés par la dégradation de la situation sécuritaire dans la région du Centre Nord et du Sahel, ce qui pourrait réduire considérablement l’accessibilité des emplacements du projet. Bien que n’étant pas vraiment une bonne option dans le contexte du Burkina Faso, les formations en ligne soutenues par les experts urbains d’ONU-Habitat et le CMRU dans les emplacements du projet pourraient être une option, au cas où les facilitateurs pourraient ne pas être en mesure d’être physiquement présents dans les emplacements du projet.

– Les mesures imposées pour réduire la propagation du COVID-19 pourraient réduire le nombre de participants. Cela pourrait être atténué en utilisant des installations de formation, qui permettent une distanciation physique et d’autres mesures de protection. Pendant les activités, des masques devront être fournis.

 

Critère d’éligibilité

Critères Détails de la soumission/Documents requis
Statut légal
  • Certificat d’enregistrement/d’incorporation, c’est-à-dire
  • Preuve d’enregistrement dans le pays d’origine.
  • Preuve d’enregistrement du pays d’exploitation
  • Preuve de présence opérationnelle dans le pays
Profil et détails de l’organisation
  • Profil et structure clairs de l’organisation indiquant :
    • Vision, mission et objectifs de l’organisation
    • Structure de management
    • Membres du Conseil d’Administration et leurs Désignations dûment certifiées par le Secrétaire Général, ou son document équivalent
    • Preuve d’adhésion à des associations professionnelles le cas échéant.
Capacité financière
  • Comptes sociaux audités (bilan et compte de résultat) et rapport des commissaires aux comptes des deux dernières années
Compte bancaire exclusif
  • L’organisation est-elle disposée et capable d’avoir un compte bancaire séparé pour les fonds fournis par ONU-Habitat ?
Intégrité et gouvernance
  • L’organisation doit remplir et soumettre un formulaire de déclaration de partenaire signé
  • Fournir les profils du président du conseil d’administration, du chef de l’organisation et du chef des finances

 

Les critères de sélection

Critère a Détails de la soumission/Documents requis Pondération
1. Capacité technique 30%
1.1 L’organisation possède-t-elle l’ expérience pertinente et des antécédents avérés dans la mise en œuvre d’activités dans les domaines du projet ?

A-t-elle géré dans le passé des projets de complexités techniques et de taille financière similaires ?

Le projet est-il lié au cœur de métier de l’IP ?

  • Liste des projets exécutés au cours des 2 dernières années (valeur, localisation, donateurs, nature des projets, stade d’exécution – achevé ou en cours).
  • Démontrer comment les expériences des projets passés sont pertinentes dans l’exécution de la proposition actuelle
  • Références d’anciens donateurs
1.2 L’organisation dispose-t-elle d’ un personnel technique qualifié possédant l’expérience et les compétences techniques requises par le projet ?

Quelle est la taille, le type, la qualification et la formation du personnel ?

  • CV des principaux membres du personnel de gestion, du personnel technique et non technique qui seront impliqués dans le projet
  • Combien de personnel technique disposez-vous dans le pays concerné pour la mise en œuvre du projet ? Existe-t-il une assurance raisonnable que le personnel technique requis par le projet continuera d’être disponible selon les besoins du projet ?
1.3 L’organisation a-t-elle un lien clair et fort avec une circonscription identifiable pertinente pour la population cible du projet ?

A-t-il la capacité d’avoir un impact sur la population ciblée et sur les enjeux ?

A-t-elle une forte présence sur le terrain (notamment les villes du projet) et depuis combien de temps/depuis quand ?

A-t-il la capacité adéquate de travailler dans des zones/régions clés où les activités de terrain proposées seront mises en œuvre ?

  • Démontrer, décrire et fournir la preuve de la présence opérationnelle locale, y compris le lien et la capacité d’avoir un impact sur la population ciblée.
1.4 L’organisation possède-t-elle des installations physiques, des équipements de bureau, des moyens de transport, etc. adéquats pour mettre en œuvre les activités ?
  • Fournir l’emplacement et la liste des installations de bureau, des véhicules et du matériel de bureau disponibles localement pour mettre en œuvre le projet.
1.5 L’organisation dispose-t-elle de procédures formelles pour surveiller l’exécution du projet (par exemple, jalons, résultats, dépenses…)
  • Fournir des politiques et procédures formelles de suivi du projet
2. Capacité financière et administrative 20%
2.1 L’organisation a-t-elle fonctionné pendant une période d’au moins 2 ans pour démontrer sa viabilité financière et sa pertinence ?
  • Indiquer les années de fonctionnement
  • États financiers des 2 dernières années
2.2 L’organisation dispose-t-elle d’ un personnel qualifié en Finance ? Le système comptable actuel est-il informatisé et a-t-il la capacité de collecter et de fournir des rapports financiers séparés sur les activités exécutées dans le cadre de l’accord de coopération ?

Dispose-t-il de systèmes et de pratiques pour surveiller et signaler si les livrables et les dépenses du projet respectent les délais et le budget convenus ?

Existe-t-il une séparation minimale des tâches (séparation entre la gestion de projet, les finances/comptabilité et le bureau exécutif)

  • CV des principaux membres du personnel financier et comptable
  • Description et principales caractéristiques et contrôles du système comptable utilisé
  • Structure organisationnelle/ Organigramme
2.3 L’organisation a-t-elle la capacité d’acheter des biens et des services sur une base transparente et compétitive ?
  • Copies des politiques et procédures d’approvisionnement. Les procédures doivent montrer comment le PE s’approvisionne localement.

 

2.4 L’organisation dispose-t-elle de procédures et de contrôles formels pour atténuer la fraude, telles que la signature de plusieurs signataires sur les comptes bancaires, le signalement et la poursuite des cas de fraude ?
  • Décrire les contrôles anti-fraude et fournir des procédures formelles
4. Proposition technique 50%
4.1 La proposition technique est-elle solide et répond-elle adéquatement aux spécifications et aux exigences ? Document de proposition technique < fournir le lien>

 

4.2. La méthodologie proposée pour la mise en œuvre est-elle adaptée aux contextes locaux spécifiques et au public (PDI et personnes en situation de vulnérabilité) ?
4.3. Le contenu proposé pour les différents thèmes est-il aligné sur les normes nationales et internationales ou les orientations des agences des Nations Unies ?

 

4.4. Le partenaire propose-t-il des éléments innovants (y compris pour les formations et les campagnes de sensibilisation) qui aident à changer les comportements ?
Score cumulé pour les ratios 100%

 

Remarques :

  1. Les organisations intéressées doivent fournir des informations indiquant qu’elles sont qualifiées pour exécuter les services (brochure, description de missions similaires, expérience dans des conditions similaires, disponibilité des compétences appropriées parmi le personnel, etc.).
  2. L’appel de propositions et les documents d’accompagnement doivent être reçus conformément aux instructions fournies. L’appel de propositions soumis à une adresse e-mail différente de celle spécifiée ne sera pas pris en compte.
  3. L’appel de propositions des candidats ne fournissant pas les informations complètes nécessaires pour remplir les critères d’éligibilité de base sera considéré comme non recevable.
  4. L’appel de propositions reçu après la date limite ci-dessus ne sera pas considéré
  5. Les organisations seront sélectionnées conformément à la procédure définie dans la politique de gestion de la propriété intellectuelle et les procédures opérationnelles standard d’ONU-Habitat.
  6. L’appel de propositions des candidats qui ne fournissent pas les informations demandées ne sera pas pris en compte.
  7. Cet appel de propositions n’implique aucun engagement de la part d’ONU-Habitat, que ce soit sur le plan financier ou autre. ONU-Habitat se réserve le droit d’accepter ou de rejeter une ou toutes les propositions sans encourir aucune obligation d’informer le(s) demandeur(s) concerné(s) des motifs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page