Association burkinabè de Fundraising

" Le plus important, je crois, c’est d’avoir amené le peuple à avoir confiance en lui-même comprendre que finalement il peut s’asseoir et écrire son développement, écrire son bonheur et dire ce qu’il désire. Et en même temps, sentir quel est le prix à payer pour le bonheur "

Thomas Sankara

Appui aux micro-initiatives dans le domaine de l’économie verte

Appui aux micro-initiatives dans le domaine de l’économie verte dans les bassins du Nakambé et du Niger au Burkina Faso

Date de clôture : 04-11-2022
Type de marché:  Grant
Législation applicable: Belge
Description: Tout renseignement doit être demandé par écrit à M. Thibault Vander Auwera, expert en contractualisation (thibault.vanderauwera@enabel.be), Enabel au Burkina Faso.
Domaine

* Économie verte

Il s’agit d’un appel à propositions en deux phases. Dans un premier temps, seules les notes conceptuelles doivent être soumises pour évaluation. Après évaluation des notes conceptuelles y inclue la recevabilité des demandeurs, les demandeurs qui auront été présélectionnés seront invités à soumettre une proposition. Par la suite, l’évaluation des propositions effectivement reçues des demandeurs sera effectuée pour les demandeurs présélectionnés

Le Burkina Faso est un pays qui connait une forte dégradation de ses écosystèmes naturels du fait du changement climatique climat mais également des actions anthropiques. La croissance démographique aidant, la pression est de plus en plus forte sur ces écosystèmes essentiels pour la survie des populations sahéliennes. Pour soutenir les besoins croissants de la population et tendre vers l’autosuffisance alimentaire, il faut trouver de nouvelles terres arables et cela se fait souvent au détriment du couvert végétal favorisant ainsi l’érosion des sols et la désertification. Plus de 30% du territoire national est touché par la dégradation des terres. Chaque année de nouvelles superficies sont dégradées et si rien n’est fait pour inverser la tendance il n’existera bientôt plus de terres productives ce qui affectera 80% de la population dont les activités principales demeurent l’agriculture et l’élevage

Le Burkina Faso en ratifiant les 3 conventions de Rio (biodiversité, changement climatique, lutte contre la désertification), a aussi pris des engagements (Contribution Déterminée National (CDN), Neutralité en matière de Dégradation des Terres (NDT), Gestion Intégrée des Ressources en Eau (GIRE)…). Au-delà de ces engagements, il existe au niveau continental et national des initiatives visant à contribuer à la lutte contre la désertification et à améliorer la résilience des communautés au sahel (initiative de la grande muraille verte pour le sahel et le Sahara). Enabel au travers de son Portefeuille Thématique Climat au Sahel (PTCS) – volet Burkina Faso voudrait contribuer d’une part à l’Agenda 2030 des objectifs de développement durable et d’autre part aux différents engagements du pays sur le climat (CDN et NDT) ainsi qu’aux piliers de la Grande Muraille Verte au Burkina. Le volet Burkina Faso du PTCS dans lequel s’inscrit le présent appel à proposition a pour objectif global d’améliorer la gestion intégrée des ressources naturelles et restaurer de manière durables les écosystèmes naturels du sahel dans la lutte contre la désertification et les conséquences négatives des changements climatiques afin de renforcer la résilience de la population du sahel qui vit dans des circonstances vulnérables dans 13 communes1 des régions du centre-nord, du plateau central et du Centre-Est. Ce volet national du PTCS s’articule autour de deux (02) objectifs spécifiques et six (06) résultats :

Objectif spécifique 1 : Les acteurs locaux gèrent et utilisent de façon durable et inclusive les ressources naturelles de leur territoire en agissant sur les causes majeures de la désertification
et sur les conséquences négatives des changements climatiques dans les régions du Centre Est, Plateau Central et Centre Nord ;
· Résultat 1 : La gouvernance des ressources naturelles est améliorée via la planification participative et inclusive de l’utilisation des terres et des ressources en eau, un accès sécurisé au
foncier et un soutien aux mécanismes communautaires ;
· Résultat 2 : Les acteurs locaux s’engagent dans la restauration des terres dégradées et dans la gestion durable des écosystèmes ;
· Résultat 3 : Les acteurs locaux adoptent des pratiques agroécologiques et les filières porteuses (telles que les filières de PFNL) sont promues au bénéfice des populations vulnérables ;
· Résultat 4 : Les acteurs locaux mettent en place des mesures d’accompagnement et de conservation des eaux de surface et souterraines sur base des principes de gestion intégrée des ressources en eau ;
· Objectif spécifique 2 : La collaboration et le partage d’information et d’expertise entre acteurs nationaux burkinabés et régionaux sont renforcés pour lutter efficacement contre la
désertification et les causes négatives des changements climatiques et contribuer à une gestion durable des écosystèmes sahéliens ;
· Résultat 5 : Les acteurs nationaux disposent de capacités renforcées pour le suivi-évaluation des plans CDN et NDT et pour la mobilisation des fonds climat ;
· Résultat 6 : L’engagement de la société civile et de la recherche en matière de lutte contre la dégradation des terres et le changement climatique est renforcé.

L’action proposée dans le cadre du présent appel tiendra compte des initiatives d’envergure d’autres acteurs dans les régions du centre-nord, du plateau central et du centre-est afin de développer des synergies voire des complémentarités susceptibles d’avoir un impact plus important. Elle tiendra également compte des synergies et complémentarités possible avec certaines interventions du portefeuille bilatéral de la Belgique 2019-2023 sur les thématiques en lien avec l’économie verte, les services financiers et non financiers, fragilité, le renforcement de capacité, la justice et la police de proximité.

Pour plus d’information: cliquez

Dossier complet ici

 

Retour haut de page