Association Burkinabè de Fundraising

« Le plus important, je crois, c’est d’avoir amené le peuple à avoir confiance en lui-même comprendre que finalement il peut s’asseoir et écrire son développement, écrire son bonheur et dire ce qu’il désire. Et en même temps, sentir quel est le prix à payer pour le bonheur »
Thomas SANKARA

Appel de propositions : Fonds de lutte contre la pandémie

Le Fonds de lutte contre la pandémie a lancé son deuxième appel à propositions et invite les pays éligibles, les entités régionales et les entités de mise en œuvre intéressés à élaborer des propositions complètes de projets potentiels qui seront soutenus par ce financement initial.

Compte tenu de la forte demande de financement dans le cadre du premier appel à propositions, considéré comme un appel pilote, le deuxième appel à propositions comportera une enveloppe de financement plus importante et donnera à nouveau la priorité aux investissements à fort impact aux niveaux national et régional dans les systèmes d’alerte précoce et de surveillance des maladies, les systèmes de laboratoire et le renforcement des ressources humaines, de la santé publique et de la main-d’œuvre communautaire. Une attention particulière sera accordée à l’engagement de la communauté et de la société civile, à l’équité entre les sexes et à d’autres considérations d’équité plus larges en tant que domaines d’intérêt transversaux dans l’élaboration et la mise en œuvre des propositions.

 Date limite : 17 mai 2024

Nom du donateur : Banque mondiale

 Montant de la subvention : Plus de 1 million de dollars

 Catégorie: Subvention

Domaine(s) d’intérêt

  •  Santé publique 
  • Santé 
  • Maladies 
  • Développement de la société civile 
  • Animaux et faune

Le Fonds de lutte contre la pandémie, un partenariat multipartite, fournit un flux dédié de subventions supplémentaires à long terme pour renforcer les capacités et les capacités essentielles de prévention, de préparation et de riposte aux pandémies (PPR) dans les pays à revenu faible et intermédiaire. À ce jour, elle a mobilisé 2 milliards de dollars auprès de 24 contributeurs souverains et de trois organisations philanthropiques. Le Fonds est le fruit d’une collaboration entre les gouvernements, la Banque mondiale, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), d’autres agences des Nations Unies, les banques multilatérales de développement (BMD), les initiatives mondiales en matière de santé, les organisations philanthropiques et les organisations de la société civile. La gouvernance du FMI est inclusive, avec une représentation équilibrée des pays du Nord et des pays du Sud, ainsi que des gouvernements, des organisations philanthropiques et des organisations de la société civile en tant que membres votants.

Domaines prioritaires
  • Compte tenu de la forte demande de financement démontrée dans le premier appel de propositions, le deuxième appel de propositions continue de donner la priorité aux investissements à fort impact dans les trois domaines prioritaires suivants :
    • systèmes d’alerte précoce et de surveillance des maladies,
    • les systèmes de laboratoire (humains et animaux) ;
    • Renforcer les capacités des ressources humaines, de la santé publique et de la main-d’œuvre communautaire en matière de santé humaine et animale, afin d’aider les pays à prévenir, à se préparer et à répondre aux urgences sanitaires.
  • Les propositions soumises au Fonds de lutte contre la pandémie doivent porter sur un ou plusieurs de ces trois domaines prioritaires.
  • Au sein de chacun de ces trois domaines prioritaires, les pays et les régions peuvent avoir des besoins d’investissement différents.
Types d’activités pouvant être financées dans le cadre du deuxième appel de propositions
  • Dans chacun des trois domaines prioritaires de la deuxième PCP, les pays et les régions peuvent avoir des besoins d’investissement différents. Une brève description des types d’activités qui pourraient être financées dans le cadre de l’appel de propositions dans chacun de ces domaines est présentée ici, en notant que les propositions peuvent couvrir un ou plusieurs de ces domaines prioritaires et peuvent inclure des activités à l’intersection des trois domaines :
    • Systèmes d’alerte précoce et de surveillance des maladies : Le RSI (2005) et les normes de l’OMSA exigent une détection rapide des menaces pour la santé publique, ainsi qu’une évaluation des risques (y compris la compréhension des facteurs d’émergence), une notification et une réponse. Un système de surveillance sensible et collaboratif est nécessaire pour assurer une alerte précoce et fournir des informations pour un processus décisionnel éclairé lors d’événements de santé publique et d’urgences. Cela implique une approche multisectorielle et intégrée du système de santé, y compris la surveillance des épidémies et des maladies émergentes chez les animaux domestiques et sauvages, la résistance aux antimicrobiens, la surveillance communautaire, la surveillance clinique, les systèmes de surveillance sentinelle et la recherche des contacts pendant les urgences sanitaires, entre autres.
    • Systèmes de laboratoire : Les laboratoires jouent un rôle essentiel dans la surveillance, la détection et l’intervention. Le renforcement des systèmes de laboratoire nécessite des investissements dans plusieurs domaines et secteurs, par exemple dans : a) les systèmes de renvoi et de transport des échantillons afin de garantir que les échantillons peuvent être expédiés en temps opportun aux laboratoires de référence appropriés, si nécessaire ; b) l’élaboration et la mise en œuvre de systèmes nationaux de biosûreté et de biosécurité qui permettent d’identifier, de caractériser et de surveiller les agents pathogènes conformément aux meilleures pratiques, y compris des activités telles qu’une formation à la gestion des risques biologiques, une législation nationale en matière de biosûreté et de biosécurité, la gestion des données connexes, l’octroi de licences aux laboratoires et des mesures de contrôle des agents pathogènes, et la garantie que l’expertise vétérinaire est représentée ; c) le renforcement des systèmes de gestion de la qualité des laboratoires ; d) Renforcer les capacités pour assurer des tests fiables et en temps opportun, y compris la transmission des résultats
    • Ressources humaines, santé publique et main-d’œuvre communautaire Capacité : Une main-d’œuvre multisectorielle est essentielle pour permettre la prévention, la détection précoce et la réponse rapide aux événements potentiellement préoccupants à tous les niveaux des systèmes de santé et communautaires, comme l’exigent au minimum les normes du RSI et de l’OMSA. La disponibilité et l’accessibilité d’une main-d’œuvre de santé de qualité pour une capacité d’appoint en cas d’urgence, y compris une main-d’œuvre pour la surveillance (p. ex., équipes d’enquête sur le terrain et de recherche des contacts, logisticiens, personnel de laboratoire, experts en santé animale et environnementale, cliniciens, gestionnaires des communications et des événements, experts en finances, en ressources humaines, en fournitures, etc.) et pour l’alerte précoce et la sensibilisation, sont essentielles aux efforts de prévention. renforcer la résilience des communautés et assurer la continuité des services de santé en cas d’urgence.
  • De plus, quels que soient les domaines prioritaires pour le deuxième appel de propositions et les cycles futurs, le Fonds de lutte contre la pandémie exige des candidats qu’ils accordent une attention particulière à l’engagement communautaire, ainsi qu’à l’engagement de la société civile, à l’équité entre les sexes et à d’autres considérations d’équité plus larges, en tant que domaines d’intérêt transversaux dans l’élaboration et la mise en œuvre des propositions, et que ces considérations soient clairement reflétées dans les propositions soumises.
Renseignements sur le financement
  • L’enveloppe du deuxième appel de propositions est de 500 millions de dollars.
  • Les propositions d’un seul pays peuvent demander jusqu’à 25 millions de dollars. Les propositions multi-pays peuvent demander jusqu’à 40 millions de dollars pour chaque proposition. Les propositions d’entités régionales peuvent demander jusqu’à 40 millions de dollars pour chaque proposition. Veuillez noter que les budgets des propositions seront évalués dans le cadre de l’évaluation technique, en gardant à l’esprit les principes de l’optimisation des ressources.
Cadre de résultats
  • Le Cadre des résultats couvre les résultats, ainsi que les mesures et indicateurs connexes, selon quatre dimensions clés :
    • Renforcement des capacités/démonstration de la capacité
      • Des propositions devront être présentées pour démontrer comment le projet contribuera à améliorer les scores JEE, PVS et SPAR applicables et à améliorer les capacités de surveillance complète des maladies et de préparation aux urgences sanitaires. Plus précisément, la proposition devrait indiquer lesquels, parmi les indicateurs de la troisième édition de l’ECE applicables et les compétences critiques de la voie PVS parmi celles énumérées ci-dessous, seraient ciblés pour être améliorés dans le cadre du projet, en utilisant la subvention demandée au Fonds de lutte contre la pandémie et d’autres sources associées, et comment le projet contribuera à progresser vers un niveau de capacité démontré (objectif de niveau 4 ou 5) sur un ou plusieurs des indicateurs
    • Favoriser la coordination à l’échelle nationale (entre les secteurs à l’intérieur des pays) et entre les pays à l’échelle régionale et mondiale
      • L’un des objectifs du Fonds de lutte contre la pandémie est de favoriser une approche coordonnée, cohérente et dirigée par la communauté à l’égard de la PPR en cas de pandémie. Par conséquent, les propositions devront démontrer clairement comment le projet rassemble les principales institutions, réseaux et plateformes régionales (le cas échéant) engagés dans la RPP pandémique afin d’assurer une approche co-créée, coordonnée et cohérente entre le(s) candidat(s) et les partenaires (p. ex., en alignant le soutien de différents partenaires autour d’une stratégie gouvernementale ou d’un plan national ou régional, tirer parti de l’innovation et/ou déclencher de nouveaux engagements et actions politiques).
      • Dans ce contexte, bien que la participation d’au moins un EI soit une exigence, les propositions devront :
        • mettre en évidence l’engagement d’autres IE qui sont impliqués dans l’espace couvert par le projet proposé et la façon dont la collaboration sera réalisée, le cas échéant ;
        • expliquer comment les divers secteurs concernés, y compris la santé et d’autres, ont contribué et contribueront au projet ;
        • démontrer, preuves à l’appui, la copropriété et la co-création du projet par toutes les parties concernées, ainsi que leur engagement commun à la mise en œuvre.
    • Encourager des investissements supplémentaires dans le PPR en cas de pandémie
      • Le Fonds de lutte contre la pandémie vise à encourager les engagements financiers et politiques des pays, des entités régionales et des IE, ainsi qu’à attirer de nouveaux fonds supplémentaires provenant d’autres sources. Afin de mesurer l’efficacité du Fonds de lutte contre la pandémie dans ces domaines, le Cadre des résultats comprend des mesures permettant de déterminer dans quelle mesure les ressources du Fonds de lutte contre la pandémie complètent et/ou renforcent les efforts existants en matière de PPR et de sécurité sanitaire mondiale en cas de pandémie, dans quelle mesure de nouvelles sources de financement sont obtenues grâce à la subvention du Fonds de lutte contre la pandémie, et dans quelle mesure les capacités renforcées par les projets soutenus par le Fonds de lutte contre la pandémie peuvent être maintenues. après l’achèvement du projet.
    • Assurer l’efficacité administrative et opérationnelle des ressources du Fonds de lutte contre la pandémie
      • Le Fonds de lutte contre la pandémie fonctionnera selon des normes élevées de transparence et de responsabilité afin de s’assurer que les ressources sont déboursées en temps opportun et utilisées efficacement pour répondre aux besoins en matière de PPR en cas de pandémie. À cette fin, chaque projet devrait inclure des calendriers pour l’engagement et le décaissement des ressources dans les projets et présenter les coûts du projet, y compris le coût du suivi et de l’évaluation des résultats et de l’impact des travaux, ainsi que les coûts d’IE liés à la préparation, à l’administration et à la supervision. Le Cadre des résultats comprend des mesures pour saisir ces éléments.
Types de propositions qui seront acceptées
  • Il y a trois types de propositions qui seront acceptées, à savoir :
    • Proposition d’un seul pays : Il s’agit d’une proposition soumise par un pays éligible avec un ou plusieurs EI approuvés, où les activités de la proposition se dérouleront au niveau national ou infranational du pays demandeur et bénéficieront à ceux-ci.
    • Proposition multi-pays : Il s’agit d’une proposition soumise par deux ou plusieurs pays éligibles ainsi que par un ou plusieurs EI approuvés, où les activités de la proposition se dérouleront au niveau national ou infranational de chacun des pays candidats et bénéficieront à ceux qui se trouvent au niveau national ou infranational. Une proposition émanant de plusieurs pays d’une même région serait également considérée comme une « proposition multi-pays » et non comme une proposition d’entité régionale.
    • Proposition d’entité régionale : Il s’agit d’une proposition soumise par une entité régionale (ou un organisme ou une plate-forme) avec un ou plusieurs EI approuvés, où les activités de la proposition se dérouleront et bénéficieront à ceux qui se trouvent au niveau régional ou sous-régional. Une proposition d’entité régionale est différente d’une proposition multi-pays car le principal bénéficiaire de la subvention est une entité régionale, et non des pays. Parmi les exemples d’entités régionales, citons l’Agence de santé publique des Caraïbes (CARPHA) et l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). D’autres organismes régionaux tels que des communautés de développement régional ou des organisations économiques peuvent également être envisagés (par exemple, la Communauté de développement de l’Afrique australe (SADC), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE)). Les branches régionales d’une organisation mondiale, généralement composées d’États membres regroupés dans une région géographique de cette organisation mondiale, ne seraient généralement pas éligibles.
Critères d’admissibilité
  • Tout pays éligible à un financement de la BIRD et/ou de l’IDA est éligible, en principe, à un financement du Fonds de lutte contre la pandémie. Il convient toutefois de noter que les 16 pays qui ont reçu des subventions d’un seul pays au titre du premier appel de propositions ne sont pas éligibles pour recevoir des subventions d’un seul pays au titre du deuxième appel de propositions. Toutefois, ces pays peuvent être inclus dans les propositions « multi-pays » ou « entités régionales », telles que définies.
  • Les pays qui ont bénéficié d’une subvention multi-pays et/ou qui ont fait l’objet d’une proposition d’entité régionale retenue dans le cadre du premier appel de propositions sont éligibles pour demander des subventions à la fois nationales et multi-pays dans le cadre du deuxième appel de propositions.
  • Les propositions de financement (ci-après dénommées « propositions ») peuvent être soumises par :
    • Un Pays éligible, des groupes de Pays éligibles ou une ou plusieurs Entités régionales, travaillant avec une ou plusieurs IE ; ou
    • Les IE, travaillant avec un groupe de Pays éligibles ou avec une ou plusieurs Entités régionales, pour les propositions multi-pays ou d’Entités régionales.
    • Les candidats non retenus du premier appel de propositions sont encouragés à présenter une nouvelle demande au cours de cet appel de propositions. Il est recommandé aux candidats d’examiner les commentaires qui leur ont été fournis sur leur demande précédente avant de présenter une nouvelle demande, et de s’assurer que leur proposition reflète les considérations de la présente note d’orientation, ainsi que les conseils subséquents qui seront émis lorsque le portail de demande sera ouvert à la fin de février 2024.

Pour plus d’informations, consultez le site de la Banque mondiale.

Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Autres publications

ABONNEMENT

Newsletter

Ne manquez aucun appel à projets ! Si vous n'êtes pas encore inscrit, inscrivez vous dès maintenant pour profiter des opportunités de projets.

Ceci fermera dans 20 secondes

fr_FRFrançais
Retour haut de page